Blog

29 juin 2010

La reprise est bien là...sur le web...

La crise de l'année passée est oubliée...Les indicateurs sont au vert! Pour preuve, ce matin en parcourant le quotidien "Métro", j'ai découvert un article intéressant en rubrique locale.

Le réseau immobilier Orpi annonce une augmentation de 29% de ses ventes par rapport à 2009, dans le seul département des Alpes-Maritimes...Un chiffre à la Madoff... Toujours est-il que la reprise est effective. Dans ce même article, à la gloire de ce réseau, il ressort que plus d'un tiers des achats se déroule grâce à internet, les annonces dans les journaux représentent 17% des ventes, tout comme l'accueil dans une agence. 22% des ventes sont réalisées gràce à des relations.

Là aussi, l'évolution est nette. Internet est la première agence immobilière mondiale. Si l'on transpose ces statistiques pour des produits de moyenne et haute gamme, le score du web doublerait. Pour un étranger, tout  passe par son i-phone et maintenant sa tablette... La seule visite qui l'intéresse concerne le bien immobilier et non le déplacement, périlleux souvent, dans une agence.

Combien, d'entre nous, ne vont plus dans une agence immobilière ou de voyages? Reste que le produit de rêve présenté sur internet doit correspondre à la réalité. C'est à dire au goût du client. Car le client  ne change pas, il reste le roi...

23 juin 2010

Des travaux, toujours des travaux...

L'été, depuis le 21 juin faut il le rappeler, incite au farniente, à la détente, au week-end buissonnier. Mais il est de plus en plus difficile de circuler, de marcher ou de rouler à vélos...La saison touristique sur la Riviera commence début mai, avec une succession de "ponts", certains les nomment des "viaducs" d'ailleurs...car ils s'étalent de plus en plus...

Bref, cet afflux touristique devrait signifier la fin des travaux... Nenni... Ils se multiplient, défigurant les routes, les rues, les pistes cyclables.
Pourtant, certains travaux ont débuté à l'automne, mais rien n'y fait. Les pelleteuses sont toujours en action, le bruit s'amplifie, les conditions de circulation se dégradent. Et personne ne bouge. Les services techniques des collectivités concernés renvoient la faute sur les entreprises mandatées...et vice-versa... Alors, il faut prendre son courage pour traverser, enjamber, circuler, c'est un véritable parcours du combattant qui vous attend!

De plus, certaines communes interdisent les travaux en juillet et en août. Alors, il faudra attendre l'automne pour espérer une éclaircie, avant le début d'autres travaux...

Choisissez la plage, au moins là vous n'aurez pas de problème. Bon voyage!!!

22 juin 2010

La république bananière

Insultes, bande de caïds, polémique sur le prix de chambres d'hôtels, conférence de presse surréaliste, bunkerisation du camp d'entraînement français...Cette fête  qu'offre tous les 4 ans la Coupe du Monde de football, fut pour notre pays une mascarade. Des dirigeants aux joueurs en passant par l'incompétence du sélectionneur, il reste à désintégrer le "mammouth" de la planète foot et repartir à zéro.
Mais le comble, dans cette affaire d'imposteurs, fut la grève d'entraînements des joueurs. Ils représentent un pays et au travers des 65 millions de français, un rêve...Ils l'ont cassé et ils sont devenus, en plus, la risée du monde. La CGT, FO et la CFDT devrait recruter la bande à Evra pour leurs prochaines manifestations dans les usines en voie de disparition...

Ce soir, nous boirons le calice jusqu'à la lie...avant de revenir sur terre...La noblesse du sport français ayant disparu, il nous reste à encourager une autre nation où les joueurs ont l'Amour et le respect du maillot....Assis au fond de son canapé en fumant un cigare avec  Blanc...Non pas Christian, Laurent... 

18 juin 2010

Où la prochaine catastrophe?

La Vendée et la Charente-maritime ont payé un lourd tribut, suite à la tempête Xinthia. A Draguignan et dans tout l'est varois, le même phénomène s'est produit avec de nombreuses victimes. Certes, il est important de dresser un constat, un état des lieux, de panser les plaies, de réparer, de nettoyer...mais pourquoi en est on arrivé à cette tragédie.

Sans doute une multiplication de circonstances explique ce désastre humain. D'abord, n'oublions pas que Draguignan, sous-préfecture la plus touchée, se situe dans une cuvette, entourée de massifs alpins. Ensuite, l'exceptionnel arrive. Des conditions climatiques propices à un tel déluge que nous avons ressenti aussi dans les Alpes-maritimes. Enfin, le laxisme des élus, des services de l'état, des propriétaires qui ont  autorisé ou construit en dépit du bon sens et à l'encontre des règles d'urbanisme. Partout, où il y a des catastrophes "dîtes" naturelles, elles se situent dans des zones mal urbanisées.

A chaque catastrophe, nos édiles pensent en tirer des leçons, mais rien ne change. Et pourtant la VIE devrait sublimer, la protéger doit rester une obligation, un devoir. Interdire un permis de construire, c'est aussi peut être sauver une vie. Après la nature décidera de ses humeurs...

10 juin 2010

Allo...le 22 à Asnières...

Fernand Raynaud, célèbre humoriste des années 60-70 doit en rire... Essayez d'appeler Orange, France Telecom, Free...  pour un renseignement ou au pire un transfert de ligne. D'abord, vous attendez des dizaines de minutes au son d'une horrible musique répétitive, avant qu'un opérateur vous réponde. Ensuite, vous expliquez votre problème. Le télé-opérateur d'Amiens, de la Réunion ou de Tombouctou visionne sa fiche sur son écran et vous propose une solution hétéroclite... Mieux, la proposition diffère selon la compétence du personnel. Un comble! Alors, vous recommencez...

Pour obtenir l'ouverture d'une ligne, déjà existante, auprès d'EDF, je me suis armé de patiente, en tout près de 2 heures. A ce jour, n'ayant pas retrouver l'ancien propriétaire, le contrat est en "stand-by", malgré la fourniture de tous les documents demandés. J'ai laissé mon numéro de téléphone pour un éventuel rappel. Cela dure depuis 7 jours...

Toutes les grandes sociétés travaillent de la même façon...Un numéro, une réponse type et si vous ne trouvez pas votre bonheur, vous devez envoyer un courrier, en recommandé. Quand à la réponse, priez pour la recevoir...un jour.

Et, je ne parle pas du prix de l'appel qui peut varier de 0 à 56 cents la minute...

Allo, le 22 à Asnières...

08 juin 2010

L'Italie que l'on aime...

L'Italie arbore les couleurs du  mondial de football: rouge, blanc et vert. Sans chauvinisme, mais résolument derrière une équipe qui fut championne du monde en 2006...face à la France...

Les Français, eux se moquent...mais espèrent. Aussi, nous ne les contredirons pas. Au delà du sport, l'Italie et à deux pas de la Riviera, le Piémont et la Ligure offrent tout ce que vous pouvez souhaiter pour équiper votre demeure.

De San-Remo à Cunéo, vous trouverez les objets du bonheur.

En visitant des show-rooms, du plus bel effet, vous découvrirez des produits qu'eux seuls détiennent. Du carrelage aux parquets, de la cuisine au salon, le choix est large, judicieux et attirant. De plus, l'accueil est chaleureux et la notion du temps a peu d'importance. Tous les vendeurs que l'on rencontre ont pour souci de vous satisfaire. Ils prennent donc leur temps, vous ouvre leurs catalogues et n'hésitent pas à vous surprendre avec leurs plans en 3D. Cela change de l'accueil et du service français...

Ensuite, vous pourrez comparer. Selon le prix annoncé, n'hésitez pas à négocier. Si la qualité se paie, la discussion peut vous offrir de joyeuses surprises. Et leurs catalogues offrent de nombreuses possibilités de panachage de matière et de coloris.

Il vous restera à trouver une auberge ou le Lambrusco vous permettra de découvrir l'autre facette de cette Italie que l'on aime... Commencez par les anti-pasti...

02 juin 2010

"A vendre" interdit sur les façades...

La ville de Nice veut réglementer en interdisant l'affichage, dit publicitaire, des panneaux professionnels des agences immobilières. Exit "A louer", "A vendre" ou "Vendu" sur les façades des immeubles ou des maisons. Cette dispostion a un avantage et un inconvénient.

L'avantage: de nombreuses agences multiplient cette signalétique en apposant sur les frontons des biens immobiliers, en signe de victoire "Vendu". Cette annonce n'a aucun caractère informatif sauf celui de la publicité déguisée. Elle souligne la satisfaction de l'agence et lui octroie un surplus de notoriété. Rien de plus. Mais cette multiplication publicitaire, récente, dévisage le paysage, comme tous panneaux, d'ailleurs.

L'inconvénient: pour le client, le potentiel acheteur, cette information "A louer" ou "A vendre" permet de situer le bien choisi. Combien de clients qui recherchent la perle rare, s'arrêtent et téléphonent en direct à l'agent immobilier. Le nomadisme téléphonique facilite la recherche et offre une information sélective intéressante.

Cette nouvelle réglementation publicitaire, si elle s'avère fondée sera difficile à verbaliser,d'autant qu'en matière de réglementation publicitaire les collectivités ne font rarement appliquer strictement la règlementation. En matière d'abus, il y en a beaucoup d'autres le long des rues ou des routes... Alors, une nouvelle réglementation de plus ou de moins ne changera pas le problème de fond. Il faudrait, à mon sens différencier la publicité de l'information et travailler au cas par cas. Et là, c'est un tout autre chantier...

Une proposition simple permettrait de régler un probable conflit entre la municipalité et la profession. Il suffirait d'autoriser un panneau identique pour tous avec pour mention: "A vendre" ou "A Louer" avec le nombre de pièces et un numéro de téléphone. A l'issue de la vente ou de la location, le panneau serait retiré. C'est simple comme bonjour... 

31 mai 2010

Double coup de blues...

En début de semaine dernière, les yeux des médias étaient rivés sur un sujet. Non, ce n'était pas la hausse du chômage, le trou abyssal du déficit public, la descente aux enfers du CAC 40, les milliers de tonnes de pétrole qui se déversent,  chaque jour, au sud des Etats-Unis... Non rien de si grave, de si préoccupant... C'était la mise sur le marché du nouvel i-pad...Drôle d'information "rabâchée", comme si chaque journaliste était le représentant exclusif de la marque "Apple". Un délire médiatique, un "buzz", un coup de pub ou l'arrivée d'un nouveau produit génial. Je possède déjà un i-pod, un i-phone et un macbook pro, alors dois-je encore casser ma tirelire pour cette tablette qui ne sait même pas téléphoner, ni photographier... Au diable les 700 euros demandés, si je veux être "fashion", enfin à la mode, je dois de nouveau céder aux charmes de Steve Job et de la "grosse pomme". Comme je ne suis pas très convaincu, j'ai décidé d'attendre, cet été, sa venue à Saint-Jean-Cap-Ferrat. Il sera, à n'en pas douter, sur son yacht de 130 mètres de long ou dans sa luxueuse propriété. Si je le croise, je lui demanderais de me prêter le sien...

En fin de semaine dernière, je me préparais pour aller dîner à "La Réserve de Beaulieu", un restaurant possédant 2 macarons dans le célèbre guide du bibendum: LE Michelin...Le midi, mon déjeuner fût sobre, très sobre. Je me réservais pour cette soirée qui marquait l'anniversaire d'un client, qui est devenu un ami. Avant d'arriver, j'imaginais le décor, le service, les saveurs...Et bien, je me suis fait un film.... Pas une palme d'or rêvée sur la Croisette, mais celui du mauvais scénario. Tout mon rêve s'est écroulé... A l'apéro, les "amuse-bouches" me parurent insipides, le décor suranné, le service préssé. Dans l'assiette, le foie gras ou le tourteau reconstitué, bien présentés ne m'ont offert aucune sensation nouvelle. Ensuite, la côte de veau est apparue sans aucune surprise gustative. Même le pain maison, dont l'un est agréménté de citrons confits de Menton, mais apparu fade. Une cuisine aseptisée, neutre, sans éclat. Bref, j'ai pensé que le dessert allait modifier mon jugement. Alors là, ce fut la catastrophe. Un millefeuille aux framboises avec une chantilly classique... D'un banal à faire palir nos grands patissiers... Après le rêve, la réalité s'achève sur une addition sévère qui ne reflète pas une telle prestation. Un rêve...

28 mai 2010

Un bon investissement

Les chiffres annuels publiés par le ministère chargé du logement viennent de tomber! A la situation catastrophique de la précédente publication, les données prévisionnels de construction  sont plus optimistes. Mais il s'avère que les prix remontent dans le neuf car il y a pénurie de l'offre, en ce moment.

Ce phénomène qui n'est pas nouveau, est amplifié sur la Côte d'Azur. Peu de terrains disponibles, peu de constructions neuves.

En France, le prix du mètre carré d'un appartement neuf se situe entre 3268 et 3492 euros, toujours selon cette même étude. Sur la Riviera les prix oscillent entre 4000 euros et l'infini...L'infini pouvant atteindre 20000 euros! Il y a quelques jours, j'ai été mandaté par un constructeur qui réalise une opération à Golfe-Juan, aux pieds du port Camille Rayon et du célèbre Théâtre de la mer. Ce programme, éligible à la Loi Scellier sera livré fin 2011 et je trouve les prix attractifs.

Un exemple de prix serrés: un 3 pièces, plein sud, de 61 m2 avec vue sur un jardin méditerranéen, avec terrasse de 13 m2 est proposé à 5400 euros.

Cela a de quoi rassuré les petites bourses. La Côte d'Azur offre encore de jolis produits pour se ressourcer et ainsi d'oublier la vie trépidante des grandes agglomérations...

26 mai 2010

Eco ou éco...

Ma question, ce matin, est de savoir si je suis écolo ou économe... Imaginez ma surprise en achetant un lustre pour la cuisine d'un client. Je trouve mon bonheur,  mais surtout son bonheur pour 120 euros. Je passe à la caisse, toute guillerette, au moment où la vendeuse m'interpelle et me demande: "avez-vous besoin d'ampoules?". Ma réponse fuse à la vitesse du son: "oui". Aussi, elle me propose 2 choix. Une ampoule halogène traditionnelle à 15 euros pièce, et une autre de marque "Osram" à 19,60 euros. Je demande la différence. La seconde bénéficie d'une consommation moindre de 20%. De plus elle est garantie par le fabriquant, cinq années. Alors, je demande 5 ampoules écolo, soit un coût de 100 euros en plus... pour un lustre à 120 euros...

Vous me direz, j'ai la satisfaction de participer au sauvetage de la planète, d'avoir bonne conscience...mais à quel prix? Je regrette presque les bonnes vieilles ampoules à vis ou à clapets qui coûtaient quelques cents. Mais c'est une vieille histoire! 

Derniers articles

Archives

2021 © ANAXOR. All Rights Reserved. Website by NETIO