Blog

10 mai 2010

Achat, le juste prix...

Un acquéreur d'une maison ou d'un appartement se pose toujours la même question au moment de son choix: est-ce le juste prix?

Cette question reposait , il y a quelque temps sur le choix du quartier et le nombre de mètres carrés. Un ratio simple, une calculette et la négociation pouvait s'engager. Aujourd'hui, ce calcul est dépassé. Un seul critère (mais il y en a de nouveaux!) reste important, le quartier ou la ville choisie. Nice n'est pas Saint-Jean-Cap- Ferrat ou Saint- Tropez...

Mais il ne faut pas oublier l'emplacement. C'est primordial. Une vue mer se vend deux fois plus cher qu'une vue montagne. De plus en plus,  mes clients choisissent en fonction de l'environnement de la résidence ou de la propriété.

Vue dégagée, jardin, terrasse, voisinage éloigné, lumières nocturnes, ambiance sonore... Avec une vue sud ou sud-ouest, la perfection approche...

Enfin, dernier critère, et non des moindres, peut-on donner une plus- value aux biens achetés? Répondre à cette question est primordial car il faut toujours penser à la revente. Imaginer de nouvelles baies vitrées au lieu des petites fenêtres provençales, redécouper des pièces, offrir une salle de bains ou une salle d'eau dans chaque chambre... En un mot améliorer l'existant pour optimiser le potentiel proposé. Tout ce travail doit être pensé et imaginé avant l'achat, ensuite des professionnels doivent accompagner votre choix.

19 mai 2010

Vente, le prix juste...

La crise dans l'immobilier sur la Riviera est comme le nuage islandais: in-vi-si-ble! Toutefois, j'ai remarqué un nouveau comportement  émanant des acheteurs. Ils connaissent les limites à ne pas franchir. Si un bien est considéré trop cher, le client  poussera la porte voisine et cherchera un autre produit.

Comme la crise n'a pas été virulente dans notre région, je trouve que certains propriétaires ont tendance à surévaluer leurs biens. Dernièrement j'ai eu 21 demandes, en ligne, pour une très belle maison dans un village maritime. Au départ, mon estimation était moindre que celle de mes clients. Toutefois, ils ont insisté pour maintenir un prix élevé, ce qui est leur droit, malgré mes conseils de sagesse...Sur ces 21 demandes, aucune n'a abouti. Le prix ne correspondant  pas à la réalité du marché.

Malheureusement, ce cas n'est pas le seul cas que je connaisse. Car, si la belle clientèle française a disparu, les anglo-saxons, russes... ont connu des fortunes diverses à Londres, Moscou...La crise a sévit. Le foncier et l'immobilier se sont effondrés. Eux, qui ont des moyens, reviennent à plus de sagesse. Il faut que les azuréens en prennent conscience... 

02 juin 2010

"A vendre" interdit sur les façades...

La ville de Nice veut réglementer en interdisant l'affichage, dit publicitaire, des panneaux professionnels des agences immobilières. Exit "A louer", "A vendre" ou "Vendu" sur les façades des immeubles ou des maisons. Cette dispostion a un avantage et un inconvénient.

L'avantage: de nombreuses agences multiplient cette signalétique en apposant sur les frontons des biens immobiliers, en signe de victoire "Vendu". Cette annonce n'a aucun caractère informatif sauf celui de la publicité déguisée. Elle souligne la satisfaction de l'agence et lui octroie un surplus de notoriété. Rien de plus. Mais cette multiplication publicitaire, récente, dévisage le paysage, comme tous panneaux, d'ailleurs.

L'inconvénient: pour le client, le potentiel acheteur, cette information "A louer" ou "A vendre" permet de situer le bien choisi. Combien de clients qui recherchent la perle rare, s'arrêtent et téléphonent en direct à l'agent immobilier. Le nomadisme téléphonique facilite la recherche et offre une information sélective intéressante.

Cette nouvelle réglementation publicitaire, si elle s'avère fondée sera difficile à verbaliser,d'autant qu'en matière de réglementation publicitaire les collectivités ne font rarement appliquer strictement la règlementation. En matière d'abus, il y en a beaucoup d'autres le long des rues ou des routes... Alors, une nouvelle réglementation de plus ou de moins ne changera pas le problème de fond. Il faudrait, à mon sens différencier la publicité de l'information et travailler au cas par cas. Et là, c'est un tout autre chantier...

Une proposition simple permettrait de régler un probable conflit entre la municipalité et la profession. Il suffirait d'autoriser un panneau identique pour tous avec pour mention: "A vendre" ou "A Louer" avec le nombre de pièces et un numéro de téléphone. A l'issue de la vente ou de la location, le panneau serait retiré. C'est simple comme bonjour... 

Derniers articles

Archives

2021 © ANAXOR. All Rights Reserved. Website by NETIO